Mostrando entradas con la etiqueta Trenet. Mostrar todas las entradas
Mostrando entradas con la etiqueta Trenet. Mostrar todas las entradas

21.7.12

Lys Gauty (Alice Gauthier)

Lys Gauty (1908 - 1994)
Le moulin qui jase, 1935

Tout est beau! la chanson, la voix, l'époque, l'ambiance, enfin tout ...


Lys Gauty "Le moulin qui jase" 1935 


  "Le moulin qui jase" partition des années 1930

16.2.11

Crocodile Necklace, Cartier


Por encima de estanques, por encima de valles,
De montañas y bosques, de mares y de nubes,
Más allá de los soles, más allá de los éteres,
Más allá del confín de estrelladas esferas,

Te desplazas, mi espíritu, con toda agilidad
Y como un nadador que se extasía en las olas,
Alegremente surcas la inmensidad profunda
Con voluptuosidad indecible y viril.

Escápate muy lejos de estos mórbidos miasmas,
Sube a purificarte al aire superior
Y apura, como un noble y divino licor,
La luz clara que inunda los límpidos espacios.

Detrás de los hastíos y los hondos pesares
Que abruman con su peso la neblinosa vida,
¡Feliz aquel que puede con brioso aleteo
Lanzarse hacia los campos luminosos y calmos!

Aquel cuyas ideas, cual si fueran alondras,
Levantan hacia el cielo matutino su vuelo
-¡Que planea sobre todo, y sabe sin esfuerzo,
La lengua de las flores y de las cosas mudas!


De "Las flores del mal"      
Versiones de Antonio Martínez Sarrión
La Gaya Ciencia S.A. Barcelona 1976


Crocodile Necklace, Cartier Paris, 1975 Cartier Collection, © Cartier

30.5.10

Vous, qui passez sans me voir


Vous, qui passez sans me voir , 1936

Vous, qui passez sans me voir , 1936
J.Hess-C.Trenet-P.Misraki

Jean Sablon - Vous, qui passez sans me voir


Vous qui passez sans me voir
Sans même me dire bonsoir
Donnez-moi un peu d'espoir ce soir...
J'ai tant de peine
Vous, dont je guette un regard
Pour quelle raison ce soir
Passez-vous sans me voir ?
Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
C'est ridicule, c'est bohème,
C'est jeune et c'est triste aussi
Vous qui passez sans me voir
Me donnerez-vous ce soir
Un peu d'espoir ?

Les souvenirs sont là pour m'étouffer
Des larmes, de fleurs, de baisers
Oui je revois les beaux matins d'avril
Nous vivions sous les toits tout en haut de la ville.

Vous qui passez sans me voir
Sans même me dire bonsoir
Donnez-moi un peu d'espoir ce soir...
J'ai tant de peine
Vous, dont je guette un regard
Pour quelle raison ce soir
Passez-vous sans me voir ?
Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
C'est ridicule, c'est bohème,
C'est jeune et c'est triste aussi
Vous qui passez sans me voir
Sans me donner d'espoir
Adieu... Bonsoir...