2.11.11

Ballet La Source

Attention mesdames et messieurs:

La Source en direct de l'Opéra de Paris le 4 novembre 2011.


La Source, oeuvre oubliée du répertoire classique dont s'empare Jean-Guillaume Bart avec la complicité de Clément Hervieu-Léger pour la dramaturgie, Eric Ruf pour les décors et Christian Lacroix pour les costumes.

BALLET EN DEUX ACTES ET TROIS TABLEAUX LIVRET D’APRÈS CHARLES NUITTER ET ARTHUR SAINT-LÉON. CRÉATION. PALAIS GARNIER.

La Perse légendaire et fantastique sert de décor aux amours contrariés du chasseur Djemil, de la belle Nouredda et de l’esprit de la source, Naïla. Pour sa première création pour le Ballet de l’Opéra national de Paris, Jean-Guillaume Bart, Danseur Etoile, s’empare de cet argument et ravive une oeuvre oubliée du répertoire, créée à l’Opéra de Paris en 1866. La partition légère et imagée associe Léo Delibes, qui compose alors son premier ballet et Ludwig Minkus. Le livret d’Arthur Saint-Léon et Charles Nuitter, futur auteur de Coppélia, puise dans le romantisme wagnérien, l’orientalisme et les influences shakespeariennes et oppose au monde réel, celui des elfes, des nymphes et des êtres immatériels. En étroite collaboration avec le dramaturge Clément Hervieu-Léger, Jean- Guillaume Bart redonne à La Source sa fraîcheur originelle. Il signe une grande histoire dansée, poétique et virtuose, magnifiée par les costumes flamboyants de Christian Lacroix et l’espace évocateur et mouvant d’Eric Ruf.

LE BALLET D’ORIGINE

Ballet fantastique en trois actes et quatre tableaux, La Source est créé le 12 novembre 1866 au Théâtre de l’Opéra de la rue Le Peletier sur un livret de Charles Nuitter et de Arthur Saint Léon, une chorégraphie de Arthur Saint-Léon et une musique de Ludwig Minkus (pour les premier et quatrième tableaux) et Léo Delibes (pour les second et troisième tableaux). OEuvre chorégraphique la plus importante présentée à Paris depuis plusieurs années, le ballet offre une combinaison qui fait bien augurer de l’avenir, Saint-Léon ayant découvert deux collaborateurs avec lesquels il se sent à même de travailler : Léo Delibes, jeune compositeur doté d’un talent de mélodiste brillant qui convient admirablement à la danse et, pour le livret, Charles Nuitter, riche amateur de théâtre archiviste de l’Opéra.

La Source connaîtra différentes versions dans de nombreux pays : notamment en Russie, à Saint- Pétersbourg, en 1869 (Le Lys, chorégraphie de Saint- Léon) ; en Italie, en 1876, (La Sorgente, chorégraphie de Cesare Marzagora d’après Saint-Léon); en Autriche, à la cour de Vienne, (Naïla die Quellenfee, chorégraphie de Saint-Léon) en 1878. La dernière reprise, celle de Violette Verdy et John Prinz pour le New York City Ballet date de 1969.

Une grande partie de la production de 1866 ayant malheureusement disparu dans l’incendie qui a détruit l’Opéra de la rue Le Peletier en octobre 1873, peu d’éléments de cette création sont parvenus jusqu’à nous.

A L’ORIGINE DU BALLET….

Grand amateur de la musique de ballet du XIXe siècle et intéressé, dès mon plus jeune âge, par l'histoire de la danse j’ai découvert cette composition de Delibes à l’Ecole de Danse à travers Soir de fête de Léo Staats. 1 La Source ! Ce titre de ballet, très évocateur pour moi, a éveillé ma curiosité et m’a poussé à commencer des recherches. Mais ce n’est finalement que dans les années 90 qu’un enregistrement intégral de la partition m'a fait découvrir un livret, touffu et abracadabrant à souhait. Ce projet m'accompagne donc depuis vingt ans …. Et le temps est une arme puisque, après lui en avoir parlé il y a une dizaine d’années, c'est sur une idée de Brigitte Lefèvre que s’est constituée l’équipe dynamique et créative qui m’entoure, composée du scénographe Eric Ruf, du dramaturge Clément Hervieu-Léger, du couturier Christian Lacroix et de l’éclairagiste Dominique Bruguière.

La Source - Pathé Live